Les différentes catégories de vins et leurs différences

vin

Issu de la fermentation du raisin, le vin est un breuvage alcoolisé jugé noble. Il est incontournable lors des grandes occasions et des différentes festivités. La boisson est catégorisée selon sa teinte, sa teneur en sucre et son taux de gaz carbonique. Elle se décline en plusieurs types : fruité, léger, concentré, puissant…

Les différentes couleurs du vin

En termes de coloris, le vin se décline en trois grands types, à savoir le rouge, le blanc et le rosé. Si les raisins blancs ne produisent que des vins blancs, les raisins rouges et noirs peuvent donner les trois teintes. Les éléments qui colorent le breuvage se trouvent dans la peau du fruit. Pour avoir plus de couleur, il faut prolonger le temps de contact de la peau avec le jus. Ce délai est écourté pour le vin blanc. Pour le rosé, le contact entre les deux parties doit être assez bref pour obtenir la teinte souhaitée. Il est plus long (allant de quelques jours à plusieurs semaines) pour le rouge. Ce processus de macération des raisins produit d’autres effets. Il a une influence sur le goût, l’aspect et la structure du breuvage. Le vin biodynamique blanc est pas ou peu tannique. S’il a une saveur fruitée, c’est notamment dû aux fruits jaunes et blancs. Avec une gamme aromatique plus discrète que les rouges et blancs, le vin rosé est aussi pas ou peu tannique. Selon le type d’arôme fruité, le rouge varie du peu à très tannique. Au-delà de ces teintes principales, d’autres nuances peuvent décrire la robe d’un vin : cerise, pelure d’oignon, ambrée, carmin, rubis pourpre, violine, etc. Trouvez plus d’informations sur www.vin-bio-ardoneo.com.

Les vins doux naturels, les vins sucrés et les vins cuits

Les vins biodynamiques se classent en plusieurs catégories, dont les vins doux naturels. La technique de vinification des vins doux est quasiment la même que celle des vins tranquilles sauf qu’à la phase de transformation du sucre en alcool, le procédé de vinification des vins doux naturels est interrompu. Le sucre naturel présent dans le moût doit être conservé et il faut ajouter de l’alcool à 90°. Le vin demi-sec est le premier palier de sucrosité dans le breuvage. Il a une saveur de sucre léger. Retenant sa fraîcheur, cette boisson est un vin tranquille, blanc ou effervescent. Le moelleux est le second palier. Contenant beaucoup de sucre, il possède souvent une robe de jaune plus accentué. Le breuvage est plus gras que le vin sec. Seul le vin blanc peut être moelleux. Plusieurs variétés sont produites en Alsace, pour ne citer que les breuvages de l’appellation Sauternes et les breuvages des Vendanges Tardives. Les vins liquoreux sont ceux qui contiennent le plus de sucre. De coloris ambré, il séduit plusieurs amateurs. La diva de la gamme est le fameux Château d’Yquem. Elle bénéficie d’un bon équilibre de sucre et de minéralité.

Les vins effervescents

Beaucoup de personnes pensent que les vins biodynamiques effervescents se limitent aux simples champagnes, mais mis à part leur aspect, les bulles sont diversifiées. Selon l’âge et l’origine du breuvage, il peut avoir une tonalité particulière. Même les vins tranquilles et surtout les vins soufrés peuvent avoir une texture effervescente si une quantité de sucre résiduel se fermente dans la bouteille. Le gaz se dissout souvent avec un carafage. Les vins effervescents font notamment référence aux vins mousseux ou perlants. Tout dépend du niveau d’émission de gaz carbonique. L’intensité varie en fonction de l’âge du vin ou de la méthode de vinification adoptée.

La vitesse, la taille et la finesse du cordon sont des détails fréquemment critiqués par les spécialistes. Les champagnes ont généralement des bulles fines, tandis que celles des vins mousseux de qualité intermédiaire sont plus grosses. Sachez que la température du breuvage et le format du verre ont une influence sur les bulles.

La plupart des vins effervescents sont blancs. Cela n’indique pas pour autant que la boisson provient de raisins blancs. Parmi les trois cépages qui forment la champagne, deux sont rouges, à savoir le pinot meunier et le pinot noir. Seul le chardonnay est blanc. Dans le procédé de fabrication du vin classique, l’ajout de liqueur sucrée donne de la douceur et de la rondeur au vin.

Les VSIG et les IG

Les vins biodynamiques se classent en deux grandes catégories, à savoir les Vins Sans Indication Géographique (VSIG) et les vins IG. Ces derniers correspondent aux breuvages dont on connait la provenance. Celle-ci est délimitée et unique. Soumis à un cahier des charges, un vin avec indication d’origine protégée fait l’objet d’un contrôle de qualité strict. Dans cette classification, il y a aussi l’appellation d’origine protégée (AOP). Sur les mêmes principes que l’IGP, les vins de ce classement suivent un mode d’élaboration strict. Ils prennent compte des terrains de production, du type de sol et bien d’autres paramètres. S’appliquant uniquement aux AOP, la notion de « cru » indique une boisson de haute qualité.

Comment choisir son champagne pour Noël ?
Obligation d’achat EDF sur l’énergie solaire : guide pratique